La consommation de noix pourrait offrir une protection contre la colite ulcéreuse, l'inflammation et le cancer du côlon

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de UConn Health et de la Texas A & M University.

 

Par La Rédaction et Université du Connecticut

 

Mise à jour le 25/09/2019 | Publié le 25/09/2019

La consommation de noix pourrait offrir une protection contre la colite ulcéreuse, l'inflammation et le cancer du côlon

Grâce aux nombreux composés naturels et phytochimiques qu'elles contiennent, les noix procurent une multitude de bienfaits pour la santé, notamment une protection contre la colite ulcéreuse, l'inflammation et le cancer du côlon.

Les dernières découvertes d'une étude sur des souris, réalisée par des chercheurs de UConn Health, et de la Texas A & M University et publiées dans la revue Nutrients, ont révélé que la consommation de noix de Grenoble offrait également une protection contre la colite ulcéreuse induite de manière expérimentale.

La colite ulcéreuse est une forme de maladie inflammatoire de l'intestin (MICI) caractérisée par une inflammation chronique du tractus gastro-intestinal. En 2015, environ 3 millions d'adultes américains ont déclaré avoir reçu un diagnostic de MICI - soit la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, selon le Centers for Disease Control.

 

La présente étude, dirigée par le Dr Daniel Rosenberg, professeur de médecine, et Masako Nakanishi, boursier postdoctoral au Centre de cancérologie moléculaire de UConn Health, a évalué les effets de la supplémentation alimentaire en noix dans un modèle de colite, dans lequel une lésion de la muqueuse du côlon est induite par du dextran sulfate de sodium. Durant l'étude, les noix représentaient 14% de l'alimentation quotidienne, soit l'équivalent de 20 à 25 noix chez l'homme.

Lorsque les souris ont reçu des noix pendant environ deux semaines, leur côlon a été beaucoup moins endommagé durant un épisode de colite ulcéreuse et le processus de réparation de la muqueuse colique semblait être amélioré après la supplémentation en noix. Le processus est référencé comme un pré-conditionnement du côlon par ingestion de noix. Bien qu'il n'ait pas été possible de déterminer si le côlon préconditionné résistait aux dommages initiaux ulcérogènes (induisant des ulcères) ou facilitait la réparation des dommages, l'étendue de la blessure chez les souris traitées aux noix était bien moindre que chez les souris non traitées.

 

En outre, lorsqu’on a évalué les modifications des métabolites dans le flux et les tissus fécaux - après deux semaines d’alimentation avec des noix -, un certain nombre de modifications ont été observées. Cette découverte supplémentaire, menée par Cory Klemashevich, chercheur adjoint à la Texas A & M University, a montré certains changements dans les métabolites qui pourraient être essentiels pour mieux comprendre comment les noix peuvent être métabolisées et fonctionner dans le côlon.

"Nous poursuivons nos travaux pour comprendre si ces changements métaboliques font partie de la protection", a déclaré Rosenberg. "Nous espérons pouvoir déterminer les composants actifs protecteurs des noix ".

 

D'autres recherches sont en cours pour comprendre l'impact des noix sur les humains. Le laboratoire de Rosenberg mène actuellement un essai clinique mené par Bruno S. Lemos, étudiant diplômé en sciences de la nutrition. Les participants consomment 90 g de noix par jour pendant trois semaines, avant une coloscopie programmée. Leurs métabolites et le microbiote intestinal seront analysés et leurs biomarqueurs évalués.

 

Référence:

 

Dietary Walnut Supplementation Alters Mucosal Metabolite Profiles During DSS-Induced Colonic Ulceration

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT